sexta-feira, 23 de setembro de 2022

Música do BioTerra: Ben Mazué - Quand je marche


Oulah, faut que j'envoie ces lettresFaut que je rappelle mon père, d'abordFaut que je prévoie cette fêteQue j'ai promis de faire pour le disque d'orFaut que je pense à l'étéTrouver des colos pour les gaminsMe demander quand est-ce que je les aiEt puis pour qu'ils voient leurs cousinsFaut que je sache c'que mes sœurs ont prévuElles vont dire qu'elles m'l'ont déjà ditJ'vais répondre, oui mais que j'sais plusPuis faudra qu'je pense à samediJ'aimerai les emmener à la merLoin de ces humeurs grisâtresEt dimanche, on ira voir mon pèreOn regardera le match tous les quatrePour ça faut qu'j'l'appelle d'abord luiPuis cette fille à qui j'avais promisDéjà y'a cinq jours que demainJ'la contacterai, c'est certainEt que j'lui donnerai mon avisSur ce truc là qu'elle a sortiUn podcast sur les interditsQue j'ai trouvé d'ailleurs très bienEt puis faut qu'je poste un beau contenuJ'sais pas un truc nouveauEt vu le temps qu'je passe dessusBeaucoup trop peu pour qu'ce soit beauÇa va être nul et le pireC'est que j'vais réussir à trouver un autre que moiÀ qui en vouloir pour ça


Stop, ça y est, j'arrête de penserJ'vais courir, j'vais marcherStop, allé, j'arrête d'me presserJ'vais courir, j'vais marcher, j'vais sourireStop, ça y est, j'arrête de penserJ'vais courir, j'vais marcherStop, allé, j'arrête d'me presserJ'vais courir, j'vais marcher, j'vais sourireJ'vais m'relever
À côté de ça, il y a le silence de mes amisÀ qui j'ai renoncé par amourEt qui me rappelle qu'aujourd'huiJe n'ai plus ni elle, ni le temps pourNe serait-ce que les reconquérirEt puis plus on vieilli moins on comprendLes gens qui nous entourentPlus on vieilli moins on comprend, tout courtAlors y'a l'amour des enfantsAvec ça tu manques plus de rienMoi, j'les aime tellement justementJ'ai tout le temps peur de pas faire bienFaut dire qu'on parle des blessuresFaites par le regard d'un pèreLa moitié des gens malheureux sur cette terreLe sont de cette manièreÀ quoi sert vraiment l'exigencePourquoi on souhaite être excellentsQuand on voit dans quelle déshérenceSe retrouvent les génies souventMoi, j'voudrai leur apprendre à être heureuxAvant d'être brillantJ'voudrai leur apprendre à être heureux souventSouventMais c'que j'veux pour eux, c'que j'veuxC'est bien moins important que c'que j'suisLes gamins, c'est faites c'que j'faisPas faites c'que j'veux encore moins faites c'que j'disDans ce cas là, tant mieux pour la musiqueTant mieux pour l'énergie, tant mieux pour les enviesEt pour le restePardon, tant pisPardon, tant pisPardon, tant pisPardon, tant pis
Stop, ça y est, j'arrête de penserJ'vais courir, j'vais marcherStop, allé, j'arrête d'me presserJ'vais courir, j'vais marcher, j'vais sourireStop, ça y est, j'arrête de penserJ'vais courir, j'vais marcherStop, allé, j'arrête de penserJ'vais courir, j'vais marcher, j'vais sourire (oho)J'vais m'relever
Avancer, s'rassembler sans flancherEnjamber, le chantier des penséesQui semblait t'emmêlerJ'm'y connais sans délaisMes soucis prenez les et l'angoisse tenez la bienJ'vais shooter dedans comme elle vientFaut qu'je marcheParce que j'comprends quand je marcheFaut qu'je marcheParce que j'apprends quand je marcheFaut qu'je marcheParce que je pense quand je marcheParce que j'avance quand je marcheParce que je rêve quand je marche

Sem comentários: